Le bonheur à l’université ?

Dans le cadre des Ateliers du bonheur à l’école, organisés par le groupe de travail « Bien-être et éducation » de la Fabrique Spinoza le samedi 17 janvier à la Halle des Blancs Manteaux à Paris, un petit groupe animé par Pascale Haag s’est penché sur la question du bonheur à l’université.  Voici un bref compte rendu des échanges.

10920266_808152525917007_2506835008415308205_o

Est-il légitime de s’intéresser au bonheur et au bien-être à l’université ? Il est généralement admis qu’on va à l’université pour se former ou pour préparer son avenir, et la question ne va donc pas de soi dans un univers où, comme le soulignent les chercheurs suédois Ehn Billy et Löfgren Orvar, les émotions sont souvent réprimées, voire « taboues »[1].

C’est pourtant ce qu’ont fait les participants qui avaient choisi l’atelier « Améliorer le bonheur à l’université ». Peu nombreux – le programme de la journée étant largement orientée vers l’école (de la maternelle au lycée) –, nous avons eu le temps d’aborder les projets des uns et des autres pour réfléchir à de possibles synergies et envisager des collaborations.

Deux participantes étaient déjà porteuses de projets :

Maéva Tordo, ancienne étudiante de l’ESCP Europe, aujourd’hui chargée dans cette même institution de l’accompagnement des étudiants dans la réalisation de leurs projets, fondatrice du Nouvel observatoire de l’innovation sociale et environnementale (NOISE).

Nathalie Babouraj, médecin, également grande connaisseuse de la médecine traditionnelle indienne, l’âyurveda, et fondatrice de l’Institut de santé intégrative, qui met en place un programme de prévention du burn-out chez les étudiants en médecine.

Pascale Haag a aussi présenté le projet de recherche-action participative avec des doctorants qu’elle élabore actuellement à l’EHESS : Bien-être, santé et travail durant le doctorat (BEST-doc). Il vise notamment à aider les jeunes chercheurs, durant cette ultime phase du parcours universitaire parfois éprouvante, à prendre conscience de leur potentiel, à le développer et à en faire le meilleur usage possible pour mener à bien leur thèse.

En outre, une doctorante, une étudiante en coaching, deux enseignants-chercheurs et une responsable d’association ont participé à l’atelier, qui pourront être associés aux différentes initiatives à venir s’ils le souhaitent.

10945808_808837242515202_5028107150458743945_o

Le but de l’atelier était de parvenir à ouvrir des pistes de réflexion et d’actions innovantes, sans s’appesantir sur le constat du mal-être croissant qui envahit l’univers académique et dont les médias autant que les revues spécialisées se font régulièrement l’écho. Nous nous sommes donc demandés comment, chacun à notre mesure, nous pourrions contribuer à instituer de nouvelles pratiques destinées à favoriser le bien-être à travers, par exemple, la collaboration entre pairs, la bienveillance, la quête de sens ou le fait de mener une vie en accord avec ses valeurs, etc.

Dans cette perspective, ces trois projets sont susceptibles de se compléter harmonieusement : le Nouvel observatoire de l’innovation sociale et environnementale par sa volonté de rassembler les acteurs du changement dans une recherche de justice sociale, de développement durable et de partages de bonnes pratiques ; l’Institut de santé intégrative, en permettant à chacun de (re)trouver, selon ses besoins, des comportements de santé qui entretiennent la vitalité – (ré)-apprendre à respirer, bien se nourrir, dormir, bouger – et Bien-être, santé et travail durant le doctorat, en proposant aux jeunes chercheurs une « boîte à outils » destinée à optimiser leurs ressources et à améliorer l’engagement au travail, le sentiment d’auto-efficacité ou la satisfaction de vie.

Nous nous sommes demandés comment prolonger, concrètement, cet atelier. Il serait souhaitable de constituer un réseau d’étudiants et d’enseignants-chercheurs qui se sentent concernés par ces questions. Dans un premier temps, Maëva nous a proposé de participer à la prochaine édition du CIY (Change it yourself) de l’éducation, qui se tiendra le 18 avril 2015. Cette prochaine rencontre nous servira de « tremplin », et à plus long terme, des interventions communes pourraient être envisagées avec les institutions désireuses d’améliorer la vie étudiante.


[1] Ehn, B., & Löfgren, O. (2008). La vie des émotions dans le monde universitaire. Ethnologie française, 38(2), p. 283‑292.

 

Un grand merci à Thierry Mesnard et Soft skills photography community de nous avoir permis d’utiliser certaines des images prises ce jour-là !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *