Bien-être, santé et travail pendant le doctorat (BEST-doc) : une recherche-action participative

Doctorat et stress

Le doctorat, dernière étape du parcours universitaire, est bien souvent considéré comme une période particulièrement éprouvante (Austin, 2002 ; Gérard, 2014 ; Golde, 1998 ; Nyquist et al., 1999 ). Les facteurs de stress qui affectent les doctorants sont aussi nombreux qu’hétérogènes : élaboration d’un projet de thèse, recherche de financement, intégration dans un laboratoire, relations avec le ou les directeur(s) de recherche et avec les collègues, insatisfaction par rapport à l’encadrement, rédaction d’articles ou de la thèse, précarité, sentiment de solitude, perte de confiance en soi, difficultés sur le terrain ou échec dans ma mise en place des expérimentations, manque de résultats, etc.
Par ailleurs, le doctorant ne peut se contenter de produire une thèse, aussi excellente soit-elle. La publication d’articles dans des revues à comité de lecture, la participation à des colloques, ainsi qu’une expérience d’enseignement ou d’encadrement pédagogique sont tout aussi indispensables à son insertion professionnelle. Il est désormais attendu des candidats à un poste de chercheur ou d’enseignant-chercheur, dans un contexte où l’accès à la profession est de plus en plus restreint, qu’ils aient, « pendant leur thèse, effectué toutes les tâches qui composent les métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche » (Hunsmann & Kapp, 2013, p. 20). Même dans ces conditions, les perspectives d’avenir sont souvent incertaines, sous la forme de contrats post-doctoraux en nombre et de durée variables, et sans garantie de décrocher, à terme, un poste dans une université ou un organisme de recherche. La précarité et l’incertitude constituent des facteurs de stress supplémentaires indéniables (Gérard, 2014).

La-vie-avec-elle-2-550x550  illustration de Tis, issu du blog www.PhDelirium.com

Alors, face à ces difficultés, concrètement, que faire ?

Des efforts importants doivent bien évidemment se poursuivre au niveau institutionnel pour améliorer l’accompagnement des doctorants sur la voie de la professionnalisation et contribuer à un accroissement de la reconnaissance du doctorat au niveau national (sur cette question, voir le document à télécharger sur cette page).
En même temps, contribuer à aider les intéressés à prendre conscience de leur potentiel, à le développer et à en faire le meilleur usage possible est non moins indispensable. C’est l’objectif du présent projet, dirigé par Pascale Haag, psychologue et maître de conférences à l’EHESS.

Divers programmes d’intervention en milieu scolaire – qui ne s’adressent pas spécifiquement aux doctorants – ont déjà fait la preuve de leur efficacité au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Australie (voir notamment Seligman et al., 2009 ; Waters, 2011). Ils prennent bien souvent appui sur la notion de potentiel ou encore de « forces de caractère » (character strengths and virtues, Peterson and Seligman, 2004) pour renforcer la résilience1, mais aussi pour améliorer la régulation émotionnelle et les compétences sociales.

Dans la phase pilote de la recherche action participative BEST-doc, l’un de ces programmes, intitulé SPARK Resilience (Boniwell et Ryan), servira de trame. Une formation spécifiquement adaptée aux besoins des doctorants est envisagée sous la forme de 4 séances de 2 heures. Elles se dérouleront dans les locaux du Centre de recherches interdisciplinaires (CRI), dans le Marais, les 6, 13, 20 et 27 mars 2015, de 13 h à 15 h.

L’objectif du projet est d’élaborer ensemble un programme d’intervention qui réponde le mieux possible aux besoins et aux attentes des doctorants et qui puisse être enseigné, à terme, dans différentes institutions. C’est pourquoi la méthode adoptée repose sur une construction commune au cours de laquelle les participants sont chaleureusement invités à apporter leur contribution.

Quels sont les bénéfices attendus ?
Les études réalisées jusqu’ici ont montré que les effets de cette formation ou d’autres interventions similaires sur différentes populations, y compris des étudiants, étaient les suivants :
– diminution des affects négatifs, de symptômes dépressifs ;
– amélioration de l’engagement au travail, de la résilience, de l’estime de soi, du sentiment d’auto-efficacité et de la satisfaction de vie ;
– moins d’abandons en cours de thèse.

JO2-550x412  illustration de Tis, issu du blog www.PhDelirium.com

Ce que n’est pas le projet BEST-doc ?
– un groupe de parole ;
– un substitut à un accompagnement thérapeutique ;
– un bureau de plaintes.

Qui peut y participer ?
La seule condition est d’être doctorant et de s’engager à participer aux quatre séances prévues au mois de mars. Le nombre de participants est limité à 12  par groupe. Il est donc nécessaire de s’inscrire auprès de Pascale Haag (ph [at] ehess.fr) avant le 20 février 2015.

1 L’emploi du terme resilience est beaucoup plus général dans les pays anglo-saxons qu’en français, où la notion a été introduite par Boris Cyrulnik et où elle est généralement associée à la capacité à faire face à des situations traumatiques (voir également les travaux de Jacques Lecomte). Peut-être faudrait-il parler, dans le présent contexte, de « résilience ordinaire » ?

Un grand merci à l’auteur de La thèse nuit gravement à la santé (www.PhDelirium.com) d’avoir autorisé la diffusion des illustrations de ce billet.

Télécharger la présentation de BEST-doc


3 réflexions au sujet de « Bien-être, santé et travail pendant le doctorat (BEST-doc) : une recherche-action participative »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *