Le programme SPARK Resilience

Le programme SPARK Resilience a été élaboré par deux psychologues, Ilona Boniwell et Lucy Ryan, en se fondant principalement sur des recherches dans quatre domaines : les thérapies cognitivo-comportementales, la psychologie positive, la résilience et la croissance post-traumatique.

Les lettres de l’acronyme SPARK correspondent à Situation, Perception, Auto-pilot (« pilote automatique »), Reaction et Knowledge (« connaissance/apprentissage »). Le programme enseigne, de manière ludique et facile à comprendre, les conséquences qui peuvent découler de la perception particulière que chacun d’entre nous peut avoir d’une situation stressante de la vie ordinaire, et propose différents moyens de remédier à celles qui sont indésirables.

Il s’agit en particulier d’apprendre aux participants à identifier leurs principales distorsions cognitives et les réponses émotionnelles qui y sont associées, à remettre en cause leurs interprétations d’une situation donnée et à trouver de nouvelles manières de contrôler leurs réactions lorsque l’attitude spontanée n’est pas adéquate.

SPARK-poster Le cursus original, destiné à des enfants de 10 à 12 ans est articulé autour de douze séances principales et quatre séances d’approfondissements, soit seize séances au total. Chaque séance s’accompagne de tâches ludiques, à effectuer en dehors des séances, de façon à entretenir le bénéfice du travail entre deux cours. Il a été élaboré à l’origine en vue d’interventions en milieu scolaire dans des quartiers défavorisés de Londres, puis adapté à d’autres populations, de la petite enfance (en maternelle) à de jeunes adultes, au Royaume-Uni et au Japon.

Plus qu’une technique, SPARK est une boîte à outil avec de multiples options : toutes ne conviennent pas à tout le monde, mais il appartient à chacun de mener ses expériences pour en éprouver l’efficacité.

Note : L’emploi du terme resilience est beaucoup plus général dans les pays anglo-saxons qu’en français, où la notion a été introduite par Boris Cyrulnik et où elle est généralement associée à la capacité à faire face à des situations traumatiques (voir également les travaux de Jacques Lecomte). Peut-être faudrait-il parler, dans le contexte du programme SPARK, de « résilience ordinaire ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *